The Non Required


Ansel et Annie
December 9, 2007, 2:20 am
Filed under: etc.

Après un réveil tardif, je suis allé en début d’après midi voir des expositions, l’une sur Ansel Adams et l’autre sur Annie Leibovitz. Deux photographes dont le style et la technique sont très différents, probablement à cause de leur époque respective. Il aurait été interessant de voir ce que l’un et l’autre auraient fait sur la base d’une telle transposition.

Je pense que la plupart, sinon tous, a déjà vu des photos de ces artistes mais peut être pas en les identifiant précisément. Je ne les présenterai pas car Ansel Adams et Annie Leibovitz sont tous deux présenté par Wikipedia. Les articles sont plutôt sommaires au vu des carrières, des qualités et des innovations de ces artistes mais le Net est suffisamment riche en information pour que vous puissie en savoir davantage si cela vous plaît.

Mon préféré est Adams. Ce qui m’a le plus particulièrement marqué chez lui c’est son cheminement: l’évolution de son style, au départ très orthodoxe allié à des lignes plutôt douces avec des tirages sur papier texturé beige pour finir avec une très grande liberté de cadrage, des images avec des conteurs très définis et des tirages sur papier glacé. Il faut aussi noter que tout au long de sa vie, il resta fidèle au noir et blanc, à la lumière naturelle et privilégia les paysages aux portraits.

Je ne pourrais pas vous montrer la différence entre ses premières photos et les dernières mais voici une de ses oeuvres que je préfère Clearing Winter Storm, Yosemite National Park, 1940. Il a pris cette photo après avoir attendu que la lumière soit parfaite. En voici, une deuxième, plus ésotérique et démontrant (en partie) son évolution stylistique, Aspens, Northern New Mexico, 1958. Je trouve très étonnant d’avoir pu saisir l’éclairage des troncs au premier plan en contraste avec le fond boisé.


8 Comments so far
Leave a comment

Je ne vois pas ce que tu appelles évolution stylistique entre les 2 clichés.

Qu’appelle-t-on style?

Si c’est la manière de créer, les photos restent tout de même dans le même registre: noir et blanc, lumière, paysages, nature.

Comment by theconqueror

theconqueror. Lorsqu’on regarde une photographie, notre oeil est attiré par certains éléments de celle ci, et non par son centre comme on pourrait le penser. Ces éléments, appelés “points de force”, sont situés à l’intersection de quatres lignes qui divisent l’image en trois parties égales, verticalement et horizontalement – neuf parties égales au total. On placera donc (théoriquement) le sujet à photographier sur une de ces lignes ou sur un de ces points stratégiques.

La première photo obéit bien à cette règle tout comme 99% des travaux d’Adams dans la première partie de sa vie – ce n’est pas le cas de la seconde.

Comment by tnr

theconqueror. Quant au style, tu as raison il inclut le noir et blanc, la lumière, paysages ou portraits, nature…

Concernant Adams, il aimait au début des paysages 100% naturels ouverts. (1) La ligne d’horizon était lointaine, (2) on voyait souvent le ciel dans le tiers supérieur de l’image et (3) il n’y avait rien au premier plan. Par la suite, il s’est mis à faire des portraits, à mettre des choses au premier plan, à photographier des villages.

Tu peux comparer les 2 photos en exemple à partir de ces critères. Tu remarqueras sur la seconde photo que le ciel à disparu, on a l’impression d’être dans un espace clos et on a des arbres au premier plan – sujets de l’image.

Comment by tnr

Il s’agit ici de changer tout simplement d’environnement et de respecter ou non la règle des 1/3. Est-ce ca l’évolution de style ?

Comment by theconqueror

theconqueror. C’est aussi simple que cela. Il n’a pas changé de personnalité.

Comment by tnr

Ok,

je vais jouer ma commentatrice initée pour 2 secondes…
Annie Leibovitz non pas juste parce que je suis accro à Vanity Fair (et qu’on ne commence pas à me traiter de celebrityophile, j’assume) est une digne fille de Capote. Avec ses plans serrés qui révèlent son regard pointu, elle nous trouble et noie nos préjugés sur notre monde icônoclaste.
Ansel qui à chaque éclat de lumière transporte dans les lignes de Kerouac, et avec ses larges prises incite notre esprit à un peu plus d’ouvertures d’esprit.

Bon ben c’était la minute “je réfléchis”

Comment by jogany

au corcoran museum ? je vais faire un effort pour y aller avant que ca ne ferme, d’autant que je travaille dans le coin.

Comment by sipakv

Sipakv. Exactement et je t’encourage vivement !

Comment by tnr




Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s



%d bloggers like this: