The Non Required


La démocratie, c’est de la foutaise
November 6, 2007, 4:39 pm
Filed under: C'est triste, De quoi tu parles ?, Provoc

Nombre de lecteurs vont se dire: ça y est, tnr a pété les plombs. Et bien oui mes amis ! Je pète les plombs car j’en ai ras-le-bol et je suis certain que je ne suis pas le seul.

Il y a quelques années je débattais avec un ami qui s’est depuis exilé au Canada. Il soutenait alors que le seul moyen de mener l’Afrique hors de la pauvreté est de mettre en place des dictatures éclairées et j’imagine que c’est encore aujourd’hui sa conviction. Je dois maintenant avouer que je suis d’avis qu’il n’a pas complètement tort.

Premièrement, la démocratie n’est pas idéale dans le sens où elle ne nous protège pas de l’autoritarisme. De nombreux exemples récents, nous ont montré que des peuples peuvent choisir librement d’élire des présidents décidés à mettre en place des systèmes où l’opposition n’a pas voix au chapitre, où les droits individuels se posent en retrait par rapport à d’autres règles considérées comme supérieures – des règles issues d’une (trop) libre interprétation de textes sacrés ou d’une (excessive) interprétation de la «  raison d’Etat ». 

Deuxièmement, à force de vouloir instaurer des régimes démocratiques, nous (africains) nous retrouvons avec des hommes politiques plus intéressés à crier sur tous les toits que chaque pouvoir en place est dictatorial – ou, à l’opposé, trop occupés à rester au pouvoir – plutôt que de se poser comme force de proposition et d’action pour le bien-être tangible de nos peuples. Mon post précédent sur Monsieur TGV – de facto symbole de la jeune génération d’hommes politiques à Schgeumland – montre que les leaders de notre pays n’ont pas appris des erreurs du passé mais s’engluent dans ce débat stérile en oubliant leurs responsabilités vis-à-vis de leurs concitoyens – par responsabilité j’entends des plans conçus pour améliorer notre vie qui soient réfléchis, exposés de A à Z, et mis en œuvre. [NDLR: pour info, en toute franchise, je trouve que le MAP s’arrête à B…]

Troisièmement, il nous faut arrêter de croire que l’instauration d’un régime démocratique va nous rendre plus heureux. Ne vous méprenez pas, je ne suis pas en train d’affirmer que la dictature mène au bonheur. Je dis juste qu’il n’y a pas de garantie et qu’il vaut mieux être dirigé par un dictateur soucieux du bien être de son peuple et capable de mobiliser les forces productives et créatrices pour l’amélioration tangible de la vie de ses sujets, plutôt que d’être le jouet de pseudo-démocrates plus enclins à se battre pour le pouvoir et à s’insulter publiquement par média interposés. D’où le pourquoi du titre : la démocratie, c’est de la foutaise…

Mis à part ce point de pure rhétorique, si nous tenons à avoir un système démocratique et si nous tenons à bénéficier d’une vie plus agréable, il nous revient alors de choisir nos dirigeants. Cela ne signifie pas simplement voter et s’exprimer librement (pour ou contre) tel politique sur le net, dans les média ou dans nos discussion privées. Cela implique que nous exigions d’eux ce que nous voulons vraiment. Cela implique que nous (tous) nous formions une idée précise de ce que nous voulons au quotidien. Cela implique que nous sachions quel type d’avenir nous souhaitons offrir à nos enfants. Cela implique que nous décidions de la société que nous voulons bâtir. Cela implique aussi de notre part – et de leur part – plus de réalisme et de transparence. Cela implique que nous débattions non plus du passé, ni juste du présent, mais surtout du futur !

Tous ces “cela” doivent former notre premier pas. Le pas suivant est d’obliger nos politiques (sans forcément les jeter aux orties bien que cela soit de temps à autre nécessaire) à transformer nos rêves en réalité. Une fois cette étape réalisée, il faut alors recommencer et continuer sans cesse, ouvertement, inlassablement. Ce n’est qu’ainsi que peut être un jour, alors, Bemolanga arrivera.

En conclusion, si nous voulons la démocratie, il nous faut l’accepter avec ce qui vient avec : la responsabilité pleine et entière de nos choix. Arrêtons de faire semblant comme beaucoup de dire que si les choses vont mal c’est parce qu’il y a un dictateur au pouvoir. Une telle attitude est ce que j’appelle le comble de l’irresponsabilité citoyenne. Autrement dit, il nous faut nous rendre compte que si nos dirigeants ne nous satisfont pas cela est dû au fait que nous ne savons même pas ce que nous voulons, où que nous l’exprimons bien mal. Désormais, acceptons d’accepter notre sort ainsi que les dirigeants que nous avons – car ce sont les seuls que nous méritons.


11 Comments so far
Leave a comment

Quelle envolée?! Bravo

Comment by Ion+

Ion+. Bin à force de planner, on s’envole… Merci🙂

Comment by thenonrequired

Hello,

Pour ma part, je fais partie de ceux qui serait pour une dictature éclairée (juste gimme da light – sina paoly).

Malheureusement l’histoire jusqu’à nos jours nous montre plutôt qu’on a droit à des dictatures éteintes mdr.

Comme je l’ai dit dans mon article sur le TAP, je veux bien accepter une dictature mais si les choses avancent vraiment. C’est pas le cas.

Excellent article sinon😉

Comment by Nj

Nj. Merci pour le compliment.🙂

Moi, en tous cas je reste positif ! Nous pourrons bientôt avoir une dictature éclairée à Schgeumland… après encore 4 ou 5 siècles d’obscurantisme.

Comment by tnr

Hmm, Vanf s’est lancé dans la course ça remonte le niveau. Faudrait que je fasse un article sur les communales là.

Comment by Nj

Nj. Je reste circonspect. Ca relève théoriquement le niveau mais j’attends la suite et notamment le programme.

Comment by tnr

N’espère pas trop.
On touche là les limites de la démocratie.
Un homme d’état du siècle dernier a dit:
“Il n’est pas possible de se faire élire sur un programme et de l’appliquer. Car le choix est simple : ou l’élu trompe ses électeurs, ou il trompe l’intérêt du pays.”
Je pense qu’il a raison.

Comment by Sylvain

Sylvain. Là tu m’intrigues. Il faut que tu m’expliques ! Si untel est élu sur la base d’un programme et tient ses promesses dans quelle mesure y aurait-il tromperie?

Comment by tnr

Tout est dans le présupposé de base contenu dans le mot: “si” de ta réponse.
Un programme réaliste, donc qui ne trahit pas l’intérêt du pays, ne flatte pas assez les électeurs. Il ne comporte pas assez de promesses. Il ne permet donc pas d’être élu.
Par contre le programme très attirant du candidat qui sera élu est en général inapplicable ou si il est appliqué crée plus de problèmes qu’il n’en résout.
Nous avons donc logiquement à la “tête” des démocraties des dirigeants capables de se faire élire. Ce qui ne préjuge pas de leur capacité ou même de leur volonté à vraiment guider leur pays vers un futur plus souriant.
Maintenant n’en tire pas la conclusion que je soit opposé à la démocratie.
Deux citations d’un autre homme politique du siècle dernier pour éclairer ma vision actuelle: «No one pretends that democracy is perfect or all wise. Indeed, il has been said that democracy is the worst form of government except for all those others that have been tried» et «The best argument against democracy is a five-minute conversation with the average voter». C’était un partisan de la démocratie.
Comme toutes les constructions humaines, la démocratie actuelle est quelque chose d’imparfait qui à travers des hauts et des bas s’améliore lentement.
Proposition: plutôt que d’élire des députés, pourquoi ne pas les tirer au sort dans la population? Statistiquement nous aurions une meilleure représentativité.

Comment by Sylvain

Sylvain. L’explication est limpide. Merci.

Quant au tirage au sort des députés, j’admets que ce serait statistiquement plus représentatif mais ça ne marcherait pas. En effet, l’essentiel en démocratie (du moins aujourd’hui) n’est pas la représentativité mais l’illusion de la réprésentativité ou autrement formulé l’illusion de l’expression du choix par le suffrage universel.

Comment by tnr

Oui je partage malheureusement ta vision.
Mais la conscience collective de l’espèce humaine se développe même si c’est trop lentement.
Il reste de l’espoir pour les siècles à venir; Internet étant un atout considérable dans l’apparition de cette conscience.
La part du groupe et de l’individu se rééquilibre doucement dans notre inconscient collectif. Je pense que cela améliorera nos organisations à terme.

Comment by Sylv




Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s



%d bloggers like this: