The Non Required


Liberté
November 3, 2007, 4:30 pm
Filed under: De quoi tu parles ?

Je reviens sur l’Arche de Zoé pour évoquer une externalité de l’affaire. Parmi les personnes emprisonnées au Tchad, il y a 3 journalistes. Si je comprends bien, ils sont inculpés pour complicité.

Pascal Manoukian, un des rédacteurs en chef de l’agence Capa, dont l’un des reporters est emprisonné plaide pour que les journalistes bénéficient d’un traitement différencié. L’agence Capa a émis un communiqué de presse demandant carrément la relaxe pure et simple. Reporters sans Frontières a fait de même.

Le PDG de Capa a affirmé être choqué. “Marc Garmirian faisait une enquête sur l’Arche de Zoé et l’opération Rescue Children à notre demande. Nous sommes choqués qu’il soit assimilé à cette association alors qu’il n’était évidemment pas un acteur, mais un observateur”, a t il dit.

“Un journaliste couvrant un événement doit-il en être considéré comme le complice ? Un observateur n’est pas un acteur. Quel que soit le sentiment qu’inspire cette entreprise, la responsabilité morale de celle-ci ne peut incomber aux professionnels des médias qui voulaient y consacrer un sujet. Marc Garmirian et Jean-Daniel Guillou n’ont fait que leur métier. A ce titre, les autorités tchadiennes doivent les libérer sans délai et sans condition. Nous les appelons également à ne pas instrumentaliser une telle affaire au nom de considérations géopolitiques, en tirant partie de l’écho médiatique qu’elle suscite”, a déclaré Reporters sans Frontières.

“Le journalisme est l’art de l’effraction” dit l’adage. Il faut donc probablement en accepter les conséquences surtout quand les journalistes et leurs agences respectives agissaient a priori en connaissance de cause. L’agence Capa a diffusé des extraits d’entretiens et dans l’un d’eux, Marc Garmirian demande à Eric Breteau, fondateur et président de L’Arche de Zoé: “Vous vous asseyez quand même sur toutes les règles internationales?” Réponse: “Ce n’est pas parce que les autres sont frileux et laissent mourir des gens qu’ils suivent les règles. Qui dicte les règles?”

Du coté de Reporter sans Frontières on défend que la ligne de conduite du journaliste doit être dictée par l’intérêt général, cela en mettant en avant l’exemple de Gunther Wallraff. Parmi les faits d’éclats de Wallraff figure le fait de s’être fait passé pour un immigré turc dans l’Allemagne des années 70-80. En comparaison avec l’affaire Zoé, où il peut y avoir non assistance à personne en danger ou complicité d’enlèvement je ne vois pas bien le rapprochement possible.

Le cas de la troisième journaliste est encore plus particulier. Elle travaille à France 3 Marseille, était en “congé humanitaire” mais avait sa caméra. En fait est ce si différent en fin de compte? Non car si les gars de l’Arche de Zoé sont coupable, elle est soit coupable de complicité soit de non assistance à personne en danger soit les 2…

Alors complices, observateurs, coupables par leur inaction ou libres-journalistes crucifiés à l’autel du sous développement?


Leave a Comment so far
Leave a comment



Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s



%d bloggers like this: