The Non Required


Le libre arbitre n’existe pas 3. Vous êtes tous incapables de prendre une décision.
July 11, 2007, 9:12 am
Filed under: De quoi tu parles ?

Cher lecteur. Comme vous avez lu l’Episode 1, vous savez maintenant que votre personnalité n’est que le fruit de la forme de votre cerveau. Comme vous avez lu l’Episode 2, vous savez que vos choix les plus personnels, les plus complexes, les plus moraux (ou immoraux) ne sont également que le résultat de la forme de votre cerveau.

Vous l’aurez compris, quand j’écris « forme » je ne parle pas de la santé de votre cerveau mais bien du fait que ce soit une boule, un carré, un cylindre, un donut (désolé pour ce terme anglais, mais vu la mésaventure de Phineas Gage c’était réellement inévitable) ou un quelconque autre volume.

Pour résumer et pour être concret. L’homme qui vous a sauvé la vie au péril de la sienne n’est pas un héros. C’est juste un cerveau qui a fait cela parce qu’il était congénitalement né pour faire cela et rien d’autre. Pire, l’homme qui a poignardé votre voisin, lui a tranché les membres et les a mangés avec du vinaigre balsamique, n’est pas un monstre immoral et cruel. C’est juste un corps guidé par un cerveau qui ne pouvait faire que cela.

A la fin de l’épisode 2, Je vous avais promis « un monde plus simple ». Le voici.

J’aime beaucoup la chanson écrite par John Lennon, Imagine. Maintenant cher lecteur, tentez d’imaginer un monde sans criminalité. Je pense que c’est une pensée plutôt positive et j’espère que vous en conviendrez avec moi – à moins, bien sûr, que vous ne soyez un criminel qui se réjouit de ses actes ! De plus, si vous vous rappelez bien, nous avions au terme de l’Episode 2 posé la question de la justice. Nous avions alors évoqué le fondement de notre justice actuelle qui condamne les criminels sur la base de la foi qu’ils sont responsables de leurs actes. Maintenant, soyez heureux cher lecteur car nous avons prouvé qu’il n’y a plus de responsabilité, donc il n’y a déjà plus de criminels !

NDLR : Si vous n’êtes pas effrayé par de telles révélations, continuez à lire. Si au contraire ce que vous avez appris vous glace d’effroi, continuez à lire. Bref, dans tous les cas, continuez à lire.

Vous vous dites peut être que « un monde plus simple » tel que décrit plus haut n’est pas souhaitable. Je l’admets de bon cœur. La simple pensée qu’une armée d’assassins soit laissée libre de nous égorger dans les rues – sous prétexte que ces gens ne sont pas responsables, ne m’est pas agréable. Le problème est que nous ne pouvons pas faire comme si Phineas Gage et « le pédophile » n’avaient pas existés.

Heureusement, certains ont trouvé la solution. Je tiens à préciser que ce qui suit n’est toujours pas de la fiction. Le gouvernement de Tony Blair a réfléchi à une loi qui permettrait d’emprisonner des personnes ayant des troubles de la personnalité qui peuvent conduire à penser qu’ils pourraient commettre des crimes. Cela avant même qu’aucun crime n’ait été commis. Un « monde plus simple » que celui que je vous avez promis est donc déjà en route.

Cher lecteur. Nous voici quasiment arrivés terme de notre petit voyage sur les terres du libre arbitre. Malgré tous mes efforts et mes histoires véridiques, vous continuez peut-être encore à penser que le libre arbitre existe. Vous croyez peut être encore que vous prenez des décisions. Voici alors ma dernière histoire, ma preuve ultime, définitive et irréfutable que vous vous trompez.

Le docteur Benjamin Libet travaille à l’université de Californie à San Francisco. Ce docteur a utilisé l’électroencéphalographie pour observer l’activité cérébrale au cours d’un processus de prise de décision simple tel que bouger un doigt. Il a alors démontré que le processus qui mène à l’acte commence 3 dixième de seconde avant que l’individu n’en soit effectivement conscient. En d’autres termes, notre cerveau provoque nos actes avant même que nous ne le sachions.

En fait, nous ne pouvons plus dire que nous choisissons/décidons de faire quelque chose car il est prouvé que nous ne sommes conscient de ce que nous faisons qu’une fois que nous sommes déjà en train de le faire.

En conclusion : arrêter de prendre des décisions, car vous n’en avez jamais prises.


Leave a Comment so far
Leave a comment



Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s



%d bloggers like this: